Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

8 Conseils pour bien vivre sa grossesse.

Des articles comme celui-là, il y en a des tonnes.

Des astuces, des conseils, des recommandations... Parfois ça aide, souvent ça culpabilise.

Alors pourquoi faire un article comme celui-là ?

Certainement parce que je suis à plus de 39 semaines de grossesses, et que mes hormones me chatouillent. (Remarque, je te dis ça alors qu'il est 1o heures du matin, et que je n'ai même pas pleuré.)

Et puis ça me permet de faire péter une ou deux photos de moi réalisées lors d'un shooting avec mon frère. (Admire, ça me fait plaisir. Le narcissisme, c'est bon pour le moral.)

Je ne vais pas insister sur le fait de prendre soin de soi, ou de se bichonner, surtout à la première grossesse. J'ai lu l'autre jour un article qui disait : "la première grossesse est la seule dont on peut profiter pleinement, puisqu'on a que à soi à penser."

Enfin que à soi, à condition de ne pas avoir de boulot, de responsabilités ou autres... Mais bien sûr, lorsqu'on a déjà un gosse, ce n'est pas pareil.

Mais je ne vais pas insister sur ce point, surtout que quand je vois ma grossesse ou bien celle de mes copines, on est tout de même pas mal à être d'accord : sentir le bébé bouger c'est un des aspects les plus le seul aspect cool. 

Sinon, ton corps joue au loto et coche les cases qui lui plaisent le plus entre ces différents points : fatigue extrême, rétention d'eau, impression de devenir un Culbuto, nausées, remontées acides, hémorroïdes, vergetures, migraines, sciatiques, douleurs improbables dans tout ton corps, constipation ou diarrhée (parfois les deux d'une semaine sur l'autre, la joie), problème dentaire, acné, eczéma, insuffisance respiratoire, transpiration excessive, bouffée de chaleur, sueurs froides, infections urinaires, j'en passe et des meilleurs.

Alors bon, ok, il est peu probable que tu cumules TOUS ces symptômes (sinon je t'assure que tu as toute ma compassion, moi qui en est un environ 1/2, j'ai trouvé ça suffisant, si tu veux on peut voir pour te filer une médaille), et certaines femmes affirment même que la grossesse est "l'un des meilleurs moment de leur vie" (les veinardes.)

Et en réalité, peu importe, parce que même si ton corps vit la chose bien et que tu te transformes en modèle de béatitude durant ta grossesse, il y a une ou deux petites choses bonnes à savoir.

 

1/ La majorité des gens sont d'un sans gène incroyable, tu devras donc ouvrir ta bouche pour les recadrer si cela t'ennuie.

Ce n'est pas plus mal, puisque d'ici quelques mois tu vas avoir la charge d'un être humain, et que tu devras certainement te bagarrer pour faire valoir ses droits de façon plus ou moins récurrente. Donc, considère la grossesse comme un entrainement. Parce que beaucoup de gens :

-Vont au contact physique même si tu ne leur en as pas donné la permission, et te caressent le bidou dès qu'ils le peuvent. (J'ai tellement expliqué autour de moi que je ne supportais pas qu'on me tripote sans autorisation #LeConsentementCestImportant que j'ai des amis qui me servaient de messagers avant que j'arrive en soirée. C'est chouette.) Ok, ce n'est pas bien grave, mais il se passe assez de choses dans ton corps que tu ne contrôles pas, si tu n'as pas envie que des mains te tripotent, dis le.

-Se permettent de commenter ta prise de poids. Et c'est surréaliste, c'est le seul moment de ta vie où n'importe qui se permet de te dire si tu as pris beaucoup, peu, et du cul aussi, faudrait faire gaffe, oh ça va je pensais que tu grossirais plus. Aucune grossesse n'est similaire, certaines fois tu prends à peine 6 kilos, d'autres 25, et c'est comme ça. Si tu as pris beaucoup, n'hésite pas à menacer d'étouffer sous tes kilos les commentateurs.

-Se permettent de commenter tout et n'importe quoi qui concerne une grossesse. "Moi j'ai bu, c'est pas grave, bois un coup". "Les restrictions alimentaires ça sert à rien."  On m'a même sorti récemment "Moi j'étais sûre que je n'attraperais pas la toxoplasmose. J'ai mangé ce que je voulais. Celles qui tombent malade c'est qu'elles le veulent bien. La preuve, moi je ne l'ai pas attrapée." (On croirait ces types qui t'expliquent qu'ils peuvent conduire bourré puisqu'ils l'ont déjà fait et qu'ils s'en sont sorti.) Je fais parti de celles qui ont suivi le régime prescrit par les médecins, parce que j'ai fait des recherches en début de grossesse et que j'ai vu les conséquences de la toxo ou de la listériose sur le fœtus, et j'ai pris la décision de ne pas prendre le risque. Et à la question "mais comment faisait les gens avant de savoir tout ça ?" je répondais : "Les femmes avant faisaient plus fréquemment des fausses couches à cause de ça." Merde, je n'aurais jamais cru qu'on m'enquiquinerait autant parce que j'essaie d'avoir un mode de vie sain.

 

2/ Il faut faire comme tu le sens.

Je crois que c'est le meilleur conseil qu'on m'ait donné. Si tu as envie de te gaver de chocolat, fais le. Si tu paniques parce que t'as mal au bide, n'attends pas, appelle les urgences. Si tu crois que cette activité n'est pas une bonne idée, malgré l'accord du docteur, ne le fais pas. Si tu penses pouvoir faire un truc, comme porter ta valise toute seule, merde, fais le.

Attention, je ne dis pas de ne pas écouter les médecins.

Mais les conseils des autres, si. "Moi j'ai fait ça..." Moi je ferais ci..." Toi tu fais comme tu le sens. 

Je ne te dirais pas d'aller aux urgences au moindre petit bobo, parce que les pauvres sont en sous-effectif et que c'est bien d'y aller pour de vrais urgences. Mais en cas de doute, il faut leur téléphoner, et demander à parler à une sage-femme. Soit elle te rassurera, soit elle te fera venir (et tu sauras que lorsque c'est la sage-femme qui te demande de venir, le personnel est plus agréable, et ne te traites jamais comme "une parano qui vient nous faire perdre notre temps". C'est très appréciable.)

 

3/ Si par hasard tu es sujette aux nausées...

J'ai appris cette semaine que je souffrais de ce qu'on appelle hyperemesis gravidarum. Parce que oui, quand c'est Kate Middleton qui est en cloque et qui gerbe partout, on parle avec des termes scientifiques. Personnellement, tous les médecins que j'ai vu durant ces neuf mois où j'ai vomis mes tripes de façon clairement excessive appelaient ça : "C'est vraiment pas de chance."

Donc le nom, on s'en tape un peu, mais il y a plusieurs trucs que j'ai appris pour "diminuer" le mal. (En tout cas rendre la chose moins pire.)

-Le chocolat au lait est l'un des rares aliments qui a le même goût en rentrant et en ressortant. Donc, en manger une barre avant de gerber, c'est pas l'idée la plus con qui soit pour atténuer l'acidité.

-Certaines nausées sont empirées par le ventre vide. Alors même si ce n'est pas naturel, tenter de manger un truc lorsque l'on a envie de vomir peut souvent régler le soucis. (Si tes nausées surviennent la nuit par exemple, ou le matin, c'est que ça fait trop longtemps que ton estomac est vide.)

-Les boissons pétillantes peuvent se révéler efficace contre les nausées. Par contre, ça empire les remontées acides. A voir de quoi tu souffres le plus.

-Ne surtout jamais se brosser les dents juste après avoir vomi. C'est un réflexe également, très mauvais. L'acidité de ton estomac va te pourrir les dents, il vaut mieux attendre une heure. En plus, la brosse à dent peut réactiver le réflexe de régurgitation, et te refaire vomir dans la foulée.

 

4/ Si par hasard tu as peur de chopper des hémorroïdes (Oui on est sur un article tout en glamour et en paillettes)

C'était une de mes hantises (et j'y ai échappé, chic chic chic !), surtout que ce genre de truc, ça commence pendant la grossesse, et ça continue toute ta vie (#UnAvantGoutDuBonheur). Il faut savoir un ou deux petites choses, histoire de mettre toutes les chances de son côté : 

-Les hémorroïdes arrivent à cause de la constipation, le fait des rester des heures sur les chiottes favorisent leur apparition (donc on y va plusieurs fois pas longtemps qu'une seule fois très longtemps.

-La position joue beaucoup, il est conseillé si tu galères de surélever tes jambes (en les posant sur la poubelle des chiottes par exemple.)

-Et au moindre symptômes douteux, SOS médecin, genre vite.

 

5/ Accepter le fait que son corps va changer.

Oui, je connais des gonzesses qui après grossesse ont retrouvé un corps sinon identique, parfois mieux que celui qu'elles avaient avant. Cela dit, nous ne sommes pas toutes égales. La peau est plus ou moins flexible, et reprend plus ou moins bien sa place. Les crèmes anti-vergetures, ou l'huile d'amande douce c'est super mignon, mais si ta peau doit craquer, elle craquera. (Et c'est une fille d'1 mètre 54 qui a un ventre d'1 mètre 11 de circonférence qui te dit ça, photo en tant que preuve. Et au final, ça a craqué, et ce n'est pas grave. En même temps, c'est un ventre, pas un élastique que j'ai) En parler avec chéri chéri pour le préparer au cas où il n'en ait pas conscience est une idée...

 

6/ Si tu es perdue, trouves toi une bonne sage-femme, et une bonne connection.

A notre époque, c'est compliqué. Avant, je présume que les femmes faisaient comme leur mère leur disait de faire. Aujourd'hui, grâce à internet, il faut se décider, parce qu'on sait qu'on a le choix, qu'il y a plusieurs façon de faire. C'est une vraie chance, et aussi un vrai casse-tête.

Allaitement ou biberon ? Cododo ou chambre séparée ? Le laisser pleurer ou pas ? Travailler ou rester à la maison ? Vaccin ou non ? Cours de préparation à l'accouchement ou pas ? Avec ou sans péridurale ? Prendre des vitamines pré natales ou non ? Bref, tout plein de questions, de choix d'éducation.

Je ne te dirais pas les miens, puisqu'on s'en fout, fais comme tu le sens (cf point numéro 2). Mais internet est fabuleux, car pour chaque point d'interrogation, tu trouveras des témoignages des deux opposés. Alors, prends le temps, pose toi, lis des trucs sur le sujet, fais toi ta propre opinion. Fais-en lire au papa, débat avec lui, c'est le seul dont l'avis compte au final. (On a eu des débats enflammés avec Amoureux au sujet des tours de lit. Sans déconner. Une grossesse, ça vous change.) Et en cas d'incertitude, si tu as trouvé une sage-femme que tu aimes, parle-lui. Elle est là aussi pour ça.

 

7/ Il est possible que tu aies du mal à supporter certaines personnes.

Une copine à moi m'en a parlé dès le début de ma grossesse. "Pendant que j'étais enceinte, certaines de mes copines me sont devenues insupportables, je ne pouvais plus les voir. ça a duré le temps de ma grossesse, après l'accouchement, tout est redevenu comme avant."

Je n'ai pas trop vécu ça, pas beaucoup en tout cas, mais il était bon de savoir que ce manque de patience pouvait être dût aux hormones.  (Et au troisième trimestre, à la fatigue vu que je ne dors plus.)

La contre-partie, c'est que tu vas aussi peut-être te rapprocher d'autres personnes auxquelles tu n'aurais pas pensé.

 

8/ Pour avoir le meilleur, je me prépare au pire.

Ok, je ne respecte pas mes propres conseils, puisque je vais te sortir un "moi je fais comme ça." Mais c'est le seul, le dernier, et tu as le droit d'arrêter de lire ici si cette hypocrisie t'agace (je comprendrais).

Je sais que le baby-blues existe, que la dépression post-partum peut être longue, qu'il est possible que mon bébé soit malade, ou braillard, et que les premiers mois puissent être un cauchemar. Je sais que l'arrivée d'un bébé chamboule le couple, et qu'il va falloir trouver un nouveau moyen de fonctionner. Je sais qu'il est possible que je passe mon temps à pleurer, qu'il est même possible que je me demande pourquoi j'ai fait un bébé, que je me demande est-ce que j'en suis capable.

Bref, j'ai conscience que ça pourrait ne pas du tout être cette boule de coton rose dans laquelle je rêve de me plonger lorsque j'aurais (enfin) accoucher.

Je ne m'en inquiète même pas. J'ai juste conscience que ça peut arriver. J'ai prévenu mes proches que les premières semaines après l'accouchement, il était possible que je devienne une ermite non disponible, le temps de me remettre, de dormir beaucoup, de m'adapter à cette nouvelle vie. J'ai prévenu qu'à la maternité, j'acceptais les visites, mais que de préférence j'aimerais qu'ils ne restent pas longtemps (sauf si je demande.) J'ai prévenu Amoureux que la première semaine, toutous chiens & ménage seraient totalement à sa charge, au cas où je sois trop fatiguée pour lever le petit doigt. Je l'ai prévenu des effets du baby blues, et lui ai expliqué comment je pense vouloir qu'il agisse. Nous nous sommes mis d'accord pour que la première nuit, il dorme à la maternité (toutes les maternités sont légalement obligées d'accepter de fournir un lit d'appoint au papa), histoire de m'aider.

Bref, j'anticipe le pire. Si ça se trouve, je ne vais pas faire de baby blues, je vais accoucher rapidement, et mon bébé sera un ange qui dort des heures entières.

Mais dans le doute, je me prépare au pire, histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises.

 

 

Je te dirais si ce dernier point est réellement efficace dans quelques jours (ou quelques semaines.) Quand elle se décidera enfin à sortir quoi.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Melusine Hoffman

Clermontoise pseudo-écrivaine. Râleuse Chronique. 36 15 jraconte ma life. Prends le temps de lire, et de commenter (surtout si tu n'aimes pas...)
Voir le profil de Melusine Hoffman sur le portail Overblog

Commenter cet article