Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

#FOREZTIVAL (Partie 3 : Massilia Sound System)

#FOREZTIVAL (Partie 3 : Massilia Sound System)

On a perdu Rominou.

Bon, ça ne nous a pas paniqué tant que ça, mais un peu quand même. Il avait planté sa tente à droite du camion, et lorsqu’on a émergé, il n’était pas là, sa tente non plus, et j’avais reçu le message suivant « Je suis tout abandonné. »

J’ai été faire un tour pour le trouver (et faire pipi surtout) sans succès. On s’est calé sous notre parasol, on a déjeuné, et on a glandé en tentant de l’appeler.

Le Rominou étant un être sociable, on se doutait qu’il n’était pas bien loin. Peut-être en train de se faire des copains. Mais au bout de deux heures, on s’inquiétait un peu quand même.

Alors qu’on s’ouvrait une bière, des types se sont pointés, tels des vendeurs de churros sur la plage.

-Coc’, speed, taz ?

-Non merci.

J’ai toujours envie de leur demander s’ils n’ont pas des chichis, mais vu la tête qu’ils tirent, je n’ose pas.

Au moment où ces jeunes hommes partent, Rominou surgit de derrière le camion.

-Où t’étais passé ?

-Bah j’ai calé ma tente de l’autre côté du camion pour être à l’ombre, j’avais chaud, je dormais. Des types m'ont réveillé en voulant me vendre de la coc', j'ai eu envie qu'ils meurent.

Ok. J’ai dût passer 5 fois à côté du camion sans le voir. ça m'apprendra à me plaindre qu'Amoureux & Rominou sont des boulets.

Quant aux idiots qui sont passer, ils faut bien avouer que leur côté marketing laisse à désirer.

On mange tranquillement à l’ombre des camions, on papote avec nos voisins (ambiance camping bonjour ! La voisine était fort sympathique, le voisin était un beauf qui est resté bloqué sur la même vanne pendant tout le week-end. Ça reste drôle, donc agréable.)

Mine de rien, il est déjà 18h. On décide d’aller au festival pour 20h30, histoire de voir Massilia Sound System, le groupe qui m’a motivé à acheter ma place.

On croise des anciens potes à Amoureux de Lyon, et même des potes de Mag, dont je t’ai parlé lors d’un autre festival. On joue à Picolo, application d’un jeu à boire juste fabuleuse, et on décolle pour le festival. (L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. Ceci était un message de moi-même, pour éviter qu’on me casse les ovaires.)

L’arrivée au festival est encore plus chaotique qu’hier,à cause des contrôles. Horreur, comme la veille, la plus grande partie des festivaliers arrivent en même temps que nous, Massilia est déjà sur scène, et je dois attendre quatre plombes pour rentrer. Il n’y a que deux files pour les filles (histoire qu’on nous fouille) les mecs rentrent beaucoup plus rapidement que moi. C’est un mystère que je n’ai jamais résolu, pourquoi y a-t-il moins de files pour les filles que pour les hommes ? La population festivalière est pourtant mixte.

On rentre enfin, et on se précipite dans la foule.

J’ai découvert Massilia ado, parce que mes parents écoutaient. J’ai toujours adoré, et au fil des années, j’ai découvert leurs morceaux, et apprécié de plus en plus. J’ai toujours peur lorsque j’aime trop un groupe d’aller le voir en concert… Peur d’être déçue, qu’ils ne tiennent pas les promesses de leurs albums.

Un grand merci donc, à Massilia, qui ont mis une ambiance du tonnerre, mieux que ce que j’aurais pu espérer.

Mon papa m’avait dit avant de partir « Mets-toi au premier rang, ils servent le Ricard. »

J’étais perplexe. Dans une salle de concert, ok, en festoch’, ça me paraît plus compliqué.

Pas pour eux. Les premiers rangs ont effectivement eu le droit à leur shoot de Ricard (bien dosé apparemment.) Le public était génial. L’ambiance, comparée à celle de la veille, n’a rien à voir. Personne ne se pousse, les gens rient ensemble. Nous avons même fait une farandole géante, dansant tous ensemble.

On a dansé, bu, trinqué, ri, chanté.

Bref, le pied.

Après ça, on a bu une bière de plus, écouté de loin Dj Vadim (pas mon truc, mais Amoureux a adoré), on a profité un peu de Synapson (j’adore), puis la fatigue s’est abattu sur moi sans prévenir.

Les garçons ont décidés de me raccompagner au camping, pi de retourner au festival après, histoire de voir The Shoes.

Après avoir rigolé avec les gendarmes, on arrive au camion, on mange un bout, discute un peu… Et la fatigue s’abat également sur les garçons.

Nous décidons donc d’aller nous coucher.

Je ne suis pas du genre à me forcer à rester debout parce que j’ai payé ma place. Je préfère profiter tant que j’ai la motivation nécessaire, puis aller me pieuter.

Il n’empêche que faire des festivals à trois, c’est top. C’est plus simple, tu ne passes pas la moitié de ta soirée à chercher le reste du groupe, lorsque l’un veut aller quelque part, les deux autres se motivent et l’accompagne. C’est également plus facile de lier connaissance avec des inconnus.

En tout cas, vivement l’année prochaine.

#FOREZTIVAL (Partie 3 : Massilia Sound System)
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Melusine Hoffman

Clermontoise pseudo-écrivaine. Râleuse Chronique. 36 15 jraconte ma life. Prends le temps de lire, et de commenter (surtout si tu n'aimes pas...)
Voir le profil de Melusine Hoffman sur le portail Overblog

Commenter cet article