Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

#Foreztival (Partie 1 : Etat d'urgence et hommes en bleu)

#Foreztival (Partie 1 : Etat d'urgence et hommes en bleu)

Ça fait 4 ans qu’Amoureux va au Foreztival.

C’est THE festoch’ qu’il recommande, tant niveau orga, que public, que programmation.

La première année, je n’ai pas pu y aller. Nice m’attendait, et j’ai sauté dans le train.

La seconde année, j’avais ma place, et j’avais organisé le départ, l’achat des places, des provisions et le reste pour tous les copains. Je les ai vus partir sans moi lorsqu’une infection urinaire a débarqué sans prévenir.

La troisième année, enfin j’ai pu y aller. Après le FestBouc, je n’ai pu qu’être d’accord avec Amoureux. L’organisation est top, le public aussi, Peace&Love, et c’est chouette.

Cette année, pourtant, on a failli ne pas y aller.

Doc Gynéco étant une des têtes d’affiches, Amoureux a serré les dents. Personnellement, j’écoutais vaguement (Viens voir le docteur… Voilà c’est tout) lorsque j’avais 14 ans. Pourquoi pas. J’ai acheté les places lundi dernier sans lui dire. Massilia Sound System passait le samedi, il était hors de question que je loupe ça. Et franchement, 41€ par personne pour le pass deux jours, on ne s'est pas ruiné.

On a convaincu Rominou de venir avec nous, histoire qu’on arrose son anniversaire convenablement.

Le vendredi soir, on y était tous, après être passé devant je ne sais combien contrôles de flics.

Vigipirate, Etat d’urgence, on sent ta présence en festival.

D’après ce que j’ai pu comprendre, tu as arrêté des ados avec leur conso, quelques grammes d’herbes ou de shit… Je suis persuadée que les attentats ont été évités ce week-end grâce aux petits fumeurs que tu as arrêté.

Étonnamment, nous ne nous sommes pas fait contrôler une seule fois. Pourtant, nous sommes venu en camion avec Amoureux, et j’avais les cheveux bleus, et lui une crête multicolore. Ça m’a étonné tous le week-end. Les gendarmes fouillaient même les paquets de tabac, et nous ils nous souhaitaient une bonne soirée. J’ai résolu ce mystère samedi soir, lorsqu’une révélation m’a frappé.

Nous sommes vieux.

Bon, pas vieux pour de vrais, mais comparé au public de 15/18 ans, on fait vieux. Et du coup on nous fout plus la paix. Je ne m’en plains pas.

Étonnamment encore, nous avons défendu le travail des gendarmes tout le week-end, qui étaient fort sympathiques (il y en a même un qui s’est fait dragué par Rominou, mais ce n’était pas un "garçon facile". Il nous avait abordés car il adorait la veste de Krilin de Dragon Ball que j’ai offert à Amoureux pour Noël.)

Je dis étonnamment parce que d’habitude, j’ai tendance à être de l’autre côté… Comme a pu dire Renaud dans une de ses vieilles chansons en parlant de son paternel :

« Lui les flics, les curés, et les militaires,
‘les a vraiment dans le nez,
presque encore plus que moi,
dès qu’il peut en bouffer
l’vieil anar’
il s’gêne pas… »

Et ce week-end, où tout le monde se plaignaient des contrôles, de s’être fait choppé son petit brin d’herbe (rassure-toi, les dealers de drogues dures n’ont eu aucun problème, il y avait bien évidemment du speed, de la cocaïne, des extas et du crack au festival…) on défendait les gendarmes.

Parce qu’ils n’ont pas choisi d’être là.

Parce que ça fait partie du jeu, si tu as des trucs illégaux sur toi, tu le sais. Et de préférence, tu leur dis, surtout que les toutous étaient de sorti, et que si tu leur mens, et que tu les prends pour des cons, forcément ça les agace un peu, alors tu vas avoir une amende et te faire embarquer au lieu de juste te faire taper sur les doigts.

Et parce que les contrôles d’alcoolémie & salivaire, ok c’est chiant, mais moi j’ai peur en voiture, et on ne peut pas nier que ça augmente les risques d’accidents d’être dans un état second.

Ok, ça n’a servi à rien, sauf à emmerder des gens qui voulaient fumer un peu au festival.

Après, ils n’ont pas patrouillé dans les campings, ni dans le festival (ce qui aurait pu refroidir l'ambiance un peu...), et on a été les voir deux ou trois fois pour leur dire de s’occuper d’ados tous perchés qui ne tenaient plus debout. Si tu leur parlais, ils étaient gentil, et faisaient tout pour que tu passes une bonne soirée.

Rominou avait gardé son casque de chantier sur la tête tout le festival (prudence est mère de sûreté, et vu le nombre de gens qui tapaient sur son crâne, il a bien fait. Ou alors les gens lui tapaient sur le crâne parce qu'il avait un casque ? Hum, mystère.), et lorsque nous avons croisé un indien, un marin, j’ai eu envie de reconstitué les Villages People. Il ne manquait que le gendarme, et ces messieurs auraient été ravis de poser pour une photo s’ils n’avaient pas été en mission. Ils avaient l’air d’apprécier la référence en tout cas.

C'est la première année que les contrôles à l'entrée sont aussi poussé. D'abord détecteur de métaux, pi après une fouille dans les règles. Les gens ont beaucoup ronchonné pour ça aussi. Finalement, ça faisait perdre une bonne dizaine de minutes... En même temps, un week-end en festival, tu es censé avoir le temps...

C’est bien beau tout ça, mais les concerts ?

Ah oui pardon.

Les concerts, je te raconterais ça demain…

#Foreztival (Partie 1 : Etat d'urgence et hommes en bleu)
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Melusine Hoffman

Clermontoise pseudo-écrivaine. Râleuse Chronique. 36 15 jraconte ma life. Prends le temps de lire, et de commenter (surtout si tu n'aimes pas...)
Voir le profil de Melusine Hoffman sur le portail Overblog

Commenter cet article

Papou 18/08/2016 07:39

n’empêche que flic ou pas, Doc gynéco a réussi a rentrer, comme quoi, on n'est pas a l’abri....

Melusine Hoffman 18/08/2016 08:28

Vanne validée, je la réutiliserai !