Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Squattage.

Squattage.

J’ai toujours vécu en colocation. Ou en couple.

En tout cas, vivre seule, ce n’est pas pour moi. J’ai expérimenté la chose l’année dernière. Amoureux a dut partir pour une formation, et durant un peu plus de trois mois, on ne s’est quasiment pas vu. Pourtant je n’étais pas totalement seule. Il y avait mes deux chats, et le gros chien. Et des amis qui habitent juste à côté.

Mais ce n’est pas pareil que quelqu’un qui vit chez soi.

Même si ce quelqu’un n’est pas là pendant un long moment tous les jours parce qu'il bosse, le fait de savoir qu’il va arriver change la perspective de la journée.

Personne dans la maison qui rentre, ça revient à me laisser me goinfrer sur mon canapé sans vouloir voir personne. C'est déprimant, et honteux.

Plus jeune, j’ai parfois fait des coloc’ à six ou plus, parfois avec des gens que je n’aimais pas (mais qui était amis avec ex-petit-copain.)

Et malgré tout, ça s’est toujours bien passé.

La cohabitation est une chose naturelle, à tel point que parfois, on n’en parle même pas.

(J'ai parfaitement conscience aussi que ce n'est pas fait pour tout le monde, ne me lynche pas s'il te plait. Là, je parle de ma propre expérience #narcissisme et toc !)

Amoureux vit à la maison depuis 3 ans et demi. Avant lui vivait un coloc’, qui est parti quand Amoureux a débarqué.

Amoureux a emménagé sans qu’on en parle vraiment au bout d’à peine deux semaines de relations, pour essayer, parce qu’il vivait trop loin pour qu’on se voit quand on le voulait.

A plusieurs reprises des gens ont vécu avec nous.

A chaque fois, ce constat angoissant : il faut qu’il parte.

Amoureux était à chaque fois aussi perturbé que moi, lui aussi avait expérimenté la cohabitation avec d’autres humains à de nombreuses reprises. Pourquoi cela ne nous convenait plus ?

Parce que l’autre vit chez nous ? Et qu’il n’est pas chez lui ? Pourtant on veut qu’il se sente chez lui. Mais s’il prend trop d’aise, ça va m’agacer.

Le squattage, définitivement, ce n’est plus possible.

A moins que…

Comme je le disais, la cohabitation est une chose naturelle, la majorité des êtres vivants fonctionnent ainsi.

Tellement naturelle qu’Amoureux et moi sommes devenus parents sans le savoir.

Pan & Rominou, respectivement 23 & 26 ans, vivent à temps partiel à la maison

  • Depuis quand ?

J’suis pas bien sûre.

  • Pourquoi ?

Sûrement parce qu’on est souvent content de se voir.

  • Comment ?

Quand l’un des deux vient (parfois les deux), il amène des affaires pour minimum 48 heures, voir trois jours, sans que l'on se concerte, et ce au moins une fois par semaine.

Ce sont nos gosses.

Réellement. J’suis maman sans avoir eu à subir les affres de la grossesse. « Tu veux un pull, t’as l’air d’avoir froid ? » « T’as mangé aujourd’hui ? »
Quand ils se chamaillent, ils nous demandent de faire arbitre. Et si Amoureux ou moi ne sommes pas motivés pour faire un truc, ils voient avec l’autre (y a toujours moyen de négocier.)

Et j’veux pas dire, mais on a bien réussi. Ils participent aux tâches ménagères, nous font des courses, sortent les chiens, papouilles les chats…

Voilà. Certains ont des termites. Certains ont des souris. D’autres encore ont un beau-frère bourré qui dort dans le salon. Parfois il y en a qui ont une belle-mère frustrée dans la chambre d’ami.

Nous on a Rominou & Pan.

Et c’est vachement plus cool.

Squattage.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Melusine Hoffman

Clermontoise pseudo-écrivaine. Râleuse Chronique. 36 15 jraconte ma life. Prends le temps de lire, et de commenter (surtout si tu n'aimes pas...)
Voir le profil de Melusine Hoffman sur le portail Overblog

Commenter cet article

Victor Ladou 15/10/2015 16:32

Je suis plusieurs dans ma tête.
Ça compte?

Victor Ladou 16/10/2015 15:02

Cela dépend des jours...

Melusine Hoffman 15/10/2015 18:40

La cohabitation se passe bien ?